background img

Carpenter Brut + Perturbator, 02/04/2016, Angoulême (La Nef).

2240

Le 02 avril dernier, Carpenter Brut (dont on a fait une magnifique interview, dispo ici) jouait à Angoulême, accompagné de Perturbator; deux noms de la scène synthwave qui s’amusent à mêler sonorités des années 80 et ambiance sombre du métal. Pour cet événement, La Nef organisait une journée autour des jeux vidéo de notre enfance avec le partenaire Arcade Maniac ; ce fut l’occasion pour nous d’aller interviewer Carpenter Brut entre deux parties de Super smash bros.
A partir de 16h30, nous avions donc la possibilité de remonter le temps et d’essayer les jeux vidéos phares des années 80 et 90. Petit moment de nostalgie devant les bornes d’arcade en accès libre. Le public pouvait également devenir alpiniste le temps d’une partie grâce à l’Occulus Rift: vertige garanti ! Le label g4f records nous présentait le jeu Furi, développé par l’équipe de The Game Bakers et pour lequel Carpenter Brut a composé la bande originale.

La soirée a commencé avec Perturbator, qui a joué un set sans aucune interruption; les morceaux se sont enchaînés les uns après les autres avec frénésie et puissance. Caché sous sa capuche, Perturbator ne laissait apercevoir que son regard et gardait un certain aplomb tandis que ses beats faisaient vibrer la foule. Novice en ce qui à trait à la scène électro, cette prestation m’a totalement hypnotisée !

Carpenter Brut, a ouvert son set sur « Escape from Midwich Valley » dont le rythme en crescendo invitait petit à petit le public à entrer dans son univers sombre et mystérieux. Baignant dans la lumière rouge, avec pour fond des extraits de vieux films des années 70 et 80, Carpenter Brut sait comment vous transporter dans une autre dimension. Dès les premiers morceaux, le public semblait conquis et était déjà en transe.

Une belle performance durant laquelle le groupe a joué les morceaux  « Turbo Killer », « Anarchy Road » featuring Jim, « Le Perv », « Roller Mobster »… Le fait d’être accompagné sur scène par un guitariste et un batteur dont (je tairais les noms) donnait beaucoup de charisme et de dynamisme à la prestation.

Carpenter Brut nous plonge dans un univers qui ramène des souvenirs de notre enfance 80 dans un paysage post-apoclyptique, le tout saupoudré de croix inversées. Ce fut une belle découverte et je prêche désormais cette nouvelle église qu’est la synthwave.

 


Article Tags: · · ·
12
https://twitter.com/PresciHelsinki

Après avoir passé 7 ans à Helsinki où elle travaillait pour Metal Sickness, Prescillia contribue régulièrement sur Jack 3.5mm en écrivant des chroniques d'album, live reports et interviews de groupes. A côté de ça, elle est étudiante en Master Web éditorial à Poitiers et bientôt chargée de com' auprès de groupes.

Les commentaires sont fermés.